Leïla Daquin au Camion

Leila CamionSamedi en 11 au Camion à Roubaix…

Du haut de ses 19 ans, Leïla s’invite une nouvelle fois au Camion. Un vernissage et une trentaine d’oeuvres entre aquarelle et feutre pour partager un univers subtil, teinté d’érotisme…

L’imaginaire de Leïla vagabonde tous azimuts et laisse libre cours à la rêverie et aux côtés sulfureux…

Fille Perle
Un livret discrètement posé sur une table nous met sur la piste :
De la perle au désir où comment la Jeune Fille à la Perle de Vermeer rêve de goûter au plaisir… Il lui faut d’abord s’humaniser comme Galatée et Pinocchio… Et voici les longs nez des Elégantes de Leïla qui réinterprète avec malice le mythe de Pygmalion… Finalement, à l’occasion d’une promenade sous la lune, la belle à la perle aidée par le Diable, découvre l’amour et le sexe… Un côté Faust ? Mais Leila assure qu’il n’y a rien à comprendre…
Le public est de toute façon conquis par sa bonne humeur et son humour…

Arthy NusUn peu plus loin, je retrouve Arthy et son amie modèle qui trônent sur la table basse au milieu du salon. Je me pose sur un canapé afin d’admirer la mosaïque de clichés de nus, de la cheminée à l’étui de violoncelle…

Pour conclure, le vernissage se métamorphose en soirée cabaret sur des airs de Brel à Barbara en passant par Prévert et Kosma… Francoise Hardy ravit particulièrement Flo au Nom de la Rose… Un illustre inconnu ravit lui aussi, la vedette : ‘je suis gardien de fard, veilleur de nuit dans une pharmacie… J’ai perdu mes stylos, mes stylos ont fui…’ Tiens, voici Leïla qui chante avant de laisser clore le spectacle sur un poème de Bernard Dimey… Je me souviens subitement de mon dernier concours de poésie avec l’Amiral de Jacques Prévert :

L’amiral, ral, ral
Larima, ma, ma
L’amiral Larima
Larima quoi
la rime à rien
l’amiral Larima
l’amiral Rien.

Et de repenser à Leïla… Rien à comprendre ?

Flo est tout émue et nous reprenons la route après un dernier verre…

Bonnet vissé sur la tête, je ne peux m’empêcher de penser à Neal Cassady, conducteur hors pair du camion des trimardeurs et héros de Jack Kerouac et de la Beat Generation… On The Road Again ! Sauf que je suis au volant de la petite auto de Flo !

Une belle découverte du Camion !

Danjou CamionClin d’oeil à Claire Danjou sur scène il y a peu !

Dédicace au Camion pour le crédit photos !

Et bravo à Philippe Gaston qui rafle la palme du mécénat en s’offrant le plus grand tableau…

Jef Kino et Loïc Lantoine

Garage Club Kino

Retour le mardi 17 décembre à l’Abattoir. Lillers

Finis les accordéons ! Jef effectue un virage musical radical pour son retour au Garage Club de l’Abattoir… Nous voici en boîte ! Jef s’en explique ouvertement dans le journal de France 3 : ‘On est moins dans le frontal. L’idée est qu’on puisse réfléchir en bougeant la tête et les pieds’…

Nostalgie oblige et voilà une reprise des Talking Heads, Psycho Killer… Mais c’est bien connu, Jef a un coeur d’artichaut ! D’ailleurs, Arthy n’est pas loin. Et son show non plus !

Lantoine
Quelques verres au bar et Loïc Lantoine propose un pot d’échappement sur la route d’Armentières à Baïkonour. Monsieur Arbre, un maître de la guitare espagnole, l’accompagne allégrement dans cette aventure… En fait, l’arbre ne cache pas la forêt mais Karim et sa guitare andalouse pour donner la réplique à Loïc dans ce tour de chant quelque peu surréaliste… Surtout avec Dali juste derrière !

Parolier de Jehan, l’interprète de Bernard Dimey et Claude Nougaro, Loïc écrit avec Allain Leprest et sillonne les rades parisiens de la rue Kétanou… Son côté punk ?

Loïc et ArthyFinalement, Loïc ferme le bistrot et cède la place à Arthy pour une séance de photos. Une belle occasion d’immortaliser la soirée sur la scène de l’Abattoir…

En tous les cas, cette cuvée Kino Lantoine provient bien du même tonneau ! Celui de la vigie pirate d’Astérix ? Plutôt le Mad’Tonneau dans une démarche altruiste visant à créer du lien et mettre en valeur les personnes invitées… Spéciale dédicace à Arthy pour ses photos ! Mad Tonneau

Et Azué et ses deux ans de danser au premier rang, Fabienne siroter son anisette, Flo et moi digérer le cassoulet…

Une excellente soirée ‘Personne ne Botte en Touche’… A l’image des bottes de Loïc Lantoine !?!

Bottes

Rock´n roll Animals !

Burdon Olympia A night at the Olympia ! Ni Queen ni Lou Reed mais les retrouvailles d’Eric Burdon et de ses Animals… Rien moins que ça !

Petit rappel historique : Eric Burdon devient en 1962 le chanteur de l’Alan Price Combo, rebaptisé The Animals un an plus tard. À la dissolution du groupe, en 1966, il s’exile en Californie et monte The New Animals, le temps de quelques titres… En 1970, il réalise un de ses rêves : se retrouver à la tête d’une formation noire, War, ex Nite Shift, le temps de deux albums aujourd’hui légendaires (Eric Burdon Declares War, 1970, Black Man’s Burdon, 1971). Moins de deux ans plus tard, il enregistre avec le bluesman Jimmy Witherspoon avec lequel il fera plusieurs tournées bien des années plus tard, forme l’Eric Burdon Band sans grand succès, puis s’embarque dans les nombreuses tentatives d’une carrière solo un peu chaotique…

Éric déroule une panoplie de tubes à faire rougir un plombier en manque de pression… War est au menu… Un medley plus loin et c’est le Vésuve avant Pompéi… Encore un rappel et la salle explose… De quoi faire pâlir un alpiniste sous la neige ! Et ressusciter le fantôme de l’Olympia… Bruno Coquatrix n’a qu’à bien se tenir… Flo en profite pour faire une photo. Tiens, c’est quoi cette ombre fugace ? Burdon Band Olympia
Une dernière pression au bar pour la faire descendre. Marilo, Thierry et Stéphane arrivent de l’orchestre. Marilo à frôlé l’ombre d’Eric… La transe ! Une horrible pensée me vient à l’esprit… Et si c’était celle de Bruno ? Sueur froide ! J’avale ma bière… À la gloire du rock´n roll !

Mais je ne manquerai pas l’occasion de revenir sur deux autres légendes…

Les Yardbirds et Little Bob à l’Abattoir… Le petit chaudron connaît bien les deux bestiaux… Tombés dans la potion magique dès la naissance. Nul doute que les druides se soient penchés sur leur cas…

Little Bob Bob confirme sa réputation de meilleur chanteur français à l’ouest du Channel… Tout en raflant le premier prix de camaraderie : ´Il était là au début, je l’ai perdu de vue un moment, il est revenu, et il sera toujours là’… Hommage au guitariste légendaire de Little Bob Story ! À sa droite ! Gilles Mallet et ses riffs incendiaires… Un pur musicien de rock !

The Yardbirds C’est la récré pour les Yardbirds… Les piafs ont fait des oisillons : ‘we are the White Birds, no, the Yardbirdś´, piaille le jeune chanteur black… Dédicace particulière au nouveau guitariste sorti du nid. Dans le rôle d’Eric Clapton, Jeff Beck et Jimmy Page !!! Sans oublier Gypie Mayo !

Un mois de novembre vraiment rock’n roll, au calendrier chargé : Yardbirds samedi 9, Eric mardi 26 et Bob samedi 30… Rock´n roll attitude !

Entre Orsay et le Lam

Atalante Jardins du Louvre Du mardi 24 septembre au vendredi 03 octobre !

Tout commence au jardin des Tuileries sous un soleil d’été indien : un petit vin blanc sous la tonnelle pour concocter la journée…

Le temps d’un regard sur Atalante qui n’en finit pas de courir… La vertu n’a pas de prix, même celui des pommes d’or des Hespérides… Et ce n’est pas le pigeon qui dira le contraire !

Gainsbourg Verneuil 5 bis, rue de Verneuil sur les traces du beau Serge et du petit hôtel particulier couvert de tags… Une petite brasserie pas loin nous tend la main… Et un verre de cassis ! ´Si c’est bon ? Affirmatif !’

Arrivée à Orsay par le café Campana et déjeuner derrière l’horloge en plein décor Arts Deco : salade italienne et chardonnay… Une dînette habillée du plafond à l’assiette par les frères Campana, designers brésiliens. Tout va bien avant la Grande Galerie des Impressionnistes… Campana Orsay

Un détour sur la terrasse du Café des hauteurs pour un superbe panorama de Paris puis descente jusque Courbet et la Naissance du Monde… Petite pause contemplative et remontée pour une apnée dans l’univers de Van Gogh…

Flo propose une balade jusqu’à la Gare du Nord. L’occasion de s’imprégner des passages parisiens, du Grand Cerf à Brady et ses restos indiens… Au passage, nous pulvérisons le record de Vincent venu rendre visite à Théo devant la Joconde…

Lam Jardin Retour à Lille pour un café dans le jardin du Lam…

Philippe Mons, psychiatre et professeur de yoga, propose une expo d’art brut autour de l’art sacré indien, du tantrisme et de ses activités de médecin… Corps Subtils joue des correspondances symboliques entre des formes d’expressions différentes mais réunies au sein d’un ensemble unique, nommé macle, en référence à la cristallographie et ses cristaux appelés macles ainsi qu’au tantrisme où le cristal symbolise la matière englobant toutes les substances…

Les macles, comme autant de cristaux imbriqués, constituent les maillons de l’expo, de la guerre à la salle de yoga…

Le temps d’un apéro et cap sur les légumes bio et le plateau de fromages de Flo…

 

 

 

Les Skints à la Fête

Skints au PubFête de la Jeunesse à Lillers. Vendredi 30 août pour l’édition 28 !

Les Skints écument les pubs comme ils sillonnent les festivals au son du reggae et de la panoplie instrumentale de Marcia… Les Londoniens s’éclatent comme au Camden Barfly… Et Lola des Bérus n’en pense pas moins !

Samedi, le tremplin Frog’n Roll donne une nouvelle dimension au stand de l’Abattoir. Le dobro et la cigarbox du Captain local se répondent dans des airs de Captain Boogie

Clin d’oeil à Franck et aux Incroyables Aventures de CAPTAIN BOOGY en écoute ici
Captain Boogy

Vibrators A peine le temps d’un gigot de sept heures chez Marilo et Thierry et le festival explose le dimanche dans un ultime concert des Vibrators. Un seul mot d’ordre : les amplis à fond !

Les charts s’enchaînent à la vitesse du son : Automatic Lover, Baby Baby

God save the Queen !?!?

Faudrait-il un sex toy pour cette fois ?

TROP FORT !

Quand Londres s’invite à la Fête…

On a marché sur l’eau !

Pole Pole Presque un album d’Hergé ! En plus, c’est la pleine lune…

Gentse Feesten le dimanche 02 juillet, au Pole Pole… Vingt et unième édition du seul festival flottant de musiques du monde d’Europe !

Pole

Pegatina La Pegatina arrive tout droit de l’Apolo à Barcelone. Flo et moi collons à son train d’enfer qui, avec sa rumba punk flamenco, mène un rythme endiablé à la fiesta tropicale. Le pont tangue… Et si le festival chavirait ? Quelques palmas plus loin, nous voici toujours skotchés à la Pegatina malgré les balancements de plus en plus fréquents… Normal avec le groupe catalan le plus adhésif ! Cinquante rappels plus loin, un dj tente d’amortir la descente de la nuit. L’occasion d’un dernier smurf et d’un mojito ice tea à la cantina du Pole en attendant le Pole Pole Beach du 23 au 25 août prochains… On y va ?

Réveil le lendemain ! Toujours des températures du sud de l’Espagne !

Un apéro jazz titille nos papilles… Cap sur une sole de Gand de toute beauté ! Piaf s’invite à la table avant une visite du château des comtes de Flandres… Un peu de fraîcheur ! Sarah D'Hondt Fêtes de Gand En fait de Piaf, ce drôle d’oiseau se nomme Sarah D’hondt. Avec son quartet, elle brode un répertoire autour de la chanson française avec des dames comme Juliette Gréco ou Edith Piaf… Un dernier passage au Pole et Nomad Swing s’ébat entre Brassens et Django… Tiens, c’est qui les deux à 1 mn 43 s de la vidéo ? Une dernière bière à la cantina ? Le palmier est déjà une vieille connaissance… Pole Cantina

En tous les cas, un week-end fabuleux dans un festival fantastique !

Defect Et les trolls du Kinky Star ne diront pas le contraire !

Provence et Prudence

De Mimi à Avignon. Début juillet : une semaine en Provence…

Festival Mimi

Tout commence au festival Mimi dans l’archipel du Frioul au large de Marseille, qui plus est avec Pere Ubu, le groupe mythique d’art rock de Cleveland, le meilleur d’un quart du siècle du rock…

Le phalanstère d’Ubu s’abreuve d’un joyeux foutoir sonique et rythmique entre les Beach Boys, Sun Ra et la pataphysique, un inventaire à la Prévert que n’aurait pas dédaigné l’éditeur et poète, Lawrence Ferlinghetti, le dernier des beatniks…

Le rock saigne, donc il existe… Si tu n’y crois pas, mets tes doigts dans ses plaies, Saint Thomas !

Deux heures du mat, embarqués sur le bateau en direction du Vieux-Port, on a envie de réécouter Devo et les Pixies en même temps…

Et en plus, nous voilà stars du prochain film de Guédiguian ! Robert tourne quelques séquences de son futur long métrage pendant Mimi 2013…

Pere Ubu

Cap sur Avignon !

Je croise les élèves de l’école de Lamure près de Grenoble :

‘L’éternité c’est long, surtout vers la fin’, m’apprennent-ils avec Woody Allen à l’Entracte…

Discours avec un mime sélénite de la Luna, chanson rose avec le Road Movie Cabaret, je bulle à une terrasse de la rue des Teinturiers…

Je trouve refuge à Carpentras, la ville des turpitudes papales médiévales…

Entraigues sur Sorgue, Vaison la Romaine, Orange…

Autant de vestiges de la romanité et de sa dualité politique et chrétienne, mutants d’un monde égypto-romain en pleine déconfiture… En Avignon, le Palais des Papes trône en symbole ostentatoire du pouvoir temporel de L’Eglise romaine… Nom d’un cathare !

Avignon

Evidemment, le théâtre s’en donne à coeur joie :

L’Ecume des Jours, le roman de Boris Vian est à l’affiche à l’Atelier 44 avec Carole Ventura et Emmanuel Valeur…

Colin et Chloé dansent le bigle moi (Chloé de Duke Ellington) sous un petit nuage rose… Leurs amours contrariées servent d’alibi à une critique du travail par habitude et de la dureté de la société illustrée par un vieux carabin charlatan et un croque-mort rapace… Et de Jean-Sol Partre aussi…

Un petit rosé au bar sous la pergola de la Tâche d’Encre… Les Belges de Comptoir se préparent…
J’exprime ma presque belgitude à ma voisine avignonnaise, créatrice dans la boutique d’à côté… La Belgigue s’effrite ? Je réponds poésie : ‘la bière et les vers le plus tard possible’

Alexandra et Robert Sullon naviguent entre Dac, Devos et Desproges à coup de jeux de mots millimétrés…

Finalement, je ricane de ce monde si terne… La totale !

J’arrive à Pasteur. Je bois une Griete… Tiens, une copine de la Dulle Griete? D’ailleurs, Marie Groëtte est sûrement dans le coin… Orage et désespoir… Encore une lilloise au bar, c’est sûrement un signe…

La Marguerite

Assez ! Déclouez votre Jésus Christ clame la compagnie La Marguerite ! En pleine ancienne ville papale…

Regardez mais ne touchez pas !

Le cheval de la reine d’Espagne s’est emballé. Il faut la sauver ! Mais tout homme qui touche à la reine est puni de mort… Une comédie de cape et d’épée de Théophile Gautier, mise en scène par Jean-Claude Penchenat au Chien Qui Fume…

Maîtresse en Maillot de Bain

Au théâtre des Béliers, la Maîtresse est en Maillot de Bain pour une cure d’antidépresseurs pour enseignants…

Quant à Carpentras, c’est toujours le festival Trans´ Art et les Papillons… Et Prudence !

L’Ours Cathare

Dimanche 23 juin. Marché de Gruissan. Aude Gruissan Tour Barberousse

Cathare Rien à voir avec Jean-Jacques Annaud mais cette traque s’avère tout aussi spectaculaire …

Viviane s’est échappée de la réserve africaine de Sigean… Elle décide même de prendre le large sur la plage de Gruissan… Un ballet d’hélicoptères papillonne dans le ciel à la recherche du plantigrade du Tibet… En plein marché, installés à une terrasse, Florence, Gaye-Thaïs, Guillaume et moi sirotons un apéro… Et si Viviane se ruait soudainement sur les baies de goji toutes proches ?

La tension monte ! Après un suspens insoutenable, les nouvelles tombent. La belle plante himalayenne reste introuvable… Marécages, hibernation précoce, refuge dans un château cathare : toutes les hypothèses sont envisagées par notre équipe de détectives…

Les investigations sont lancées : marais du Salin, hauteurs de Gruissan, Peyrepertuse et Quéribus… Rien n’y fait ! Pas la moindre peau d’un ursidé, même en peluche…

Gaye-Thaïs et Florence en profitent pour herboriser… L’arroche des mers, le pourpier local
accompagnera bien les marbres au fenouil de ce soir… Et le vin de Pierre Richard aussi !

Sacrées bonnes filles cathares que ces deux damoiselles !

Le sentier cathare se veut venteux, parsemé de nombreux villages authentiques, en circulades ou à flanc de montagne : Cucugnan et son curé, Montolieu et ses livres, Lagrasse et son abbaye bénédictine datant de Charlemagne, Rennes le Château et le trésor de l’Abbé Saunière qui changerait la face du monde…Village Cathare

Autant de cachettes fabuleuses pour Viviane qui reste introuvable plusieurs jours après sa cavale…

Faudra-t-il retourner au sommet de la Carcassonne Céleste ? La Pierre Percée de Duilhac semble un refuge idéal pour Viviane, la fée du lac…

De toute façon, à l’époque des Cathares, un passage secret permettait d’accéder au château par une échelle amovible… Il existerait encore !?! Je savais bien qu’ils avaient un truc pour monter le pain…

Ou alors, Viviane serait dans la tour Barberousse de Gruissan ? C’est dur la chasse à l’ours…

Peut-être l’occasion d’une superbe prochaine édition des Médiévales en septembre ?

Tia and the Patient Wolves

Tia Abattoir Lillers

Samedi 08 juin. L’Abattoir à Lillers !

Nouvelle rencontre avec Tia. Et sur la scène de l’Abattoir ! Le chaperon rouge de la guitare navigue entre blues et boogie, caresse funk et hip hop pour un concert intimiste, tout en délicatesse… Tia mène patiemment sa meute vers de nouvelles expériences musicales, notamment avec le vielliste Gilles Chabenat et le percussionniste Marc Glomeau dans un nouveau projet, Hypnotic Wheels

La soirée se termine au bar où Tia me raconte ses dernières aventures, du festival de blues de Saint-André à la Coopé de Clermont-Ferrand…

Travellin’ with my guitar ! Le dernier disque mérite bien son nom…

Et de se quitter en se promettant un verre bientôt à Wazemmes…

Pentecôte

Lenine Renaud

A défaut de veau, c’est la nourriture spirituelle qui nous pénètre durant ce long week-end de pentecôte…

Tout commence à la Maison Folie de Wazemmes le mardi 14 mai : Lenine Renaud big band !

Sur des airs du quotidien, Franck Marcel et Cyril VRP entraînent la joyeuse bande de drilles au son de la mandoline ou de l’accordéon. Ils portent la revanche des causes perdues et ricanent des marchands de certitude pendant que je danse la java avec Frédérique…

Rubens

L’histoire continue le lendemain à travers la galerie du temps du Louvre Lens. Cinq millénaires en trois heures ! Et tout ça avec une présentation transversale qui nous fait naviguer sans cesse entre antiquités, peintures ou sculptures… Et pourtant, Flo et moi restons sur notre faim. Le resto du musée n’est pas ouvert ! Quant à l’expo Rubens, ce sera pour la prochaine fois… Et le concert d’Astrée aussi !

Michael_Schenker

Arrive vendredi à la Poudrière de Leffrinckoucke : recueil sur les vieilles gloires du rock au temple du dieu Schenker… Michael met le feu au variety show ! Je ne fais que citer Marilo entre deux bières, dans une soirée qui passe à la vitesse d’un ovni… Normal avec le guitariste d’UFO !

Pieter-II-Bruegel-dit-Bruegel-l-Ancien-L-excision-de-la-Pierre-de-folie-Flandre-apres-1557-huile-sur-bois-Inv.-0147-CM-C-Ph

Final samedi avec une nuit au musée Sandelin de Saint Omer : accueil en musique baroque, plusieurs Boilly et un Bruegel l’Ancien, inspiré de Bosch… Notre périple s’achève avec l’excision de la pierre de folie. Fabienne et Azué restent perplexes et se rabattent sur l’exposition de pipes en terre…

Vivement dimanche et retour à Lille pour une bulle bien méritée !